ACTUALITÉSDETOXVERIFOX

Sahel : cette lettre prétendant montrer des liens entre l’Etat islamique et la France est fausse !

0
Captures d'écrans de publications annonçant la découverte supposée d'une lettre sur l'ordinateur du terroriste présumé Abou Houzeifa dit Hugo. Crédit montage : GuineeCheck
Déclaration
Urgent. Une lettre retrouvée dans l’ordinateur du terroriste Houzeifa dit Hugo à partager. Cette lettre date de 2014. Nabi Malien Den Halala
Verdict : Incorrect
La prétendue “lettre retrouvée” dans un ordinateur supposé appartenir au terroriste présumé Abou Houzeifa dit Hugo, neutralisé au mois d’avril dernier lors d’une opération des Forces Armées Maliennes (FAMa), est fausse. Elle n’est pas une preuve de collaboration éventuelle entre la France et le groupe EIGS, qui ensanglante ces dernières années plusieurs pays du Sahel.
Le 17 mai, une lettre supposée être retrouvée sur l’ordinateur du terroriste présumé Houzeifa dit Hugo a fait son apparition sur les réseaux sociaux avec une description sans équivoque : “ Urgent. Une lettre retrouvée dans l’ordinateur du terroriste Houzeifa dit Hugo à partager. Cette lettre date de 2014.” Selon la date consignée sur le document, la prétendue lettre censée démontrer les liens entre la France, Abou Houzeifa et le groupe terroriste État islamique au grand Sahara (EIGS) daterait de 2014.  Cette lettre présumée a particulièrement été partagée sur X (ici) et Facebook () après la mort d’Abou Houzeifa dit Hugo, haut responsable de l’EIGS, “au cours d’une opération terrestre des Forces Armées Maliennes”.

Capture d’écran d’une publication prétendant montrer la supposée lettre retrouvée dans l’ordinateur d’Houzeifa dit Hugo. Credit montage : GuineeCheck

Le premier constat, c’est le logo du ministère français des Armées. En 2014, la France n’avait pas de ministère des Armées, mais plutôt un ministère de la Défense. C’est en 2017, au cours du premier mandat d’Emmanuel Macron que ce changement de dénomination a été opéré. 

La seconde observation, c’est la date de l’opération dont il est question : du 2 au 6 avril 2012 avec la mention EIGS. Or, l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS) n’a vu le jour qu’en mai 2015 et reconnu en 2016 par la direction du mouvement basée en Irak. Comme le révèle nos confrères d’Assoblog du Mali, aucun communiqué de l’armée malienne ne fait mention de la saisie d’un ordinateur lors de l’opération de neutralisation du responsable de l’Etat islamique au grand Sahara.

Les commentaires des Internautes 

Nous avons encadré les commentaires d’un internaute demantissant le contenu du pretendu document. Credit montage : GuineeCheck

Démenti de la France 

Contacté par la rédaction de GuineeCheck.org, l’état-major des Armées françaises rappelle que «  trois semaines après l’opération ayant conduit [à la neutralisation d’Abou Houzeifa dit Hugo], un curieux document a été publié sur les réseaux sociaux. Un faux, qui prend la forme d’une lettre censée prouver un accord de coopération entre l’EIGS et la France. Un narratif régulièrement employé au Sahel, pour tenter de discréditer la France en faisant croire que Paris arme et équipe les mouvements terroristes ».

Poursuivant, l’état-major des Armées françaises souligne que plusieurs points permettent de déceler des incohérences. « La date tout d’abord : 22 avril 2014. Or, à cette époque en France, le ministère des Armées s’intitulait ministère de la Défense. Le ministère des Armées a été désigné ainsi sous l’impulsion du Président Emmanuel Macron en 2017. Enfin, le type d’arme qui aurait été livrée présenté comme “des armes à air comprimé”. En France, elles sont en quasi-vente libres et utilisées dans les parcs d’attractions pour tirer sur des ballons ; sans parler des fautes d’orthographes dans le document. Nous sommes donc face à un faux grossier », précise-t-il.

Verdict

La prétendue “lettre retrouvée” dans un ordinateur supposé appartenir au terroriste présumé Abou Houzeifa dit Hugo, neutralisé au mois d’avril dernier lors d’une opération des Forces Armées Maliennes (FAMa), est fausse. Elle n’est pas une preuve de collaboration éventuelle entre la France et le groupe EIGS, qui ensanglante ces dernières années plusieurs pays du Sahel.


Cet article a été rédigé par Mamadou Oury Diallo et édité par Thierno Ciré Diallo. Il a été validé par Sally Bilaly Sow, Directeur de la publication de GuineeCheck.


Une information à vérifier ? Une erreur à signaler dans l’article ? Ecrivez-nous à: alertes@guineecheck.org  ou sur WhatsApp/Telegram/Signal au : +224 664 43 20 23 ou via l’ensemble de nos canaux sur les réseaux sociaux. Vous pouvez aussi utiliser notre formulaire en ligne. Retrouvez ici notre politique de correction et notre méthodologie.

Guinée : 67% des emplois dans le secteur privé perdus en 2023 ? Attention à ces chiffres !

Previous article

Attention, l’artiste Soul Bangs’s n’est pas devenu riche grâce à un jeu en ligne !

Next article

You may also like

Comments

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

More in ACTUALITÉS